You can use your smart phone to browse stories in the comfort of your hand. Simply browse this site on your smart phone.

    Using an RSS Reader you can access most recent stories and other feeds posted on this network.

    SNetwork Recent Stories

McGill U: Decision about Redmen name

by ahnationtalk on April 12, 201927 Views

Dear members of the McGill community,

In January, I committed to reaching a decision on the Redmen name before the end of the academic year. Today, I write to share my decision with you.

Over these past months, I have read and reflected on the McGill community’s varied perspectives on the issue. I have heard heartfelt and thoughtful views from students, faculty, staff, and alumni, including current and former athletes and Indigenous community members. Many people sent messages directly to me; others made their voices heard by writing to members of McGill’s senior leadership, or through open letters, votes, petitions, and other means. I have read all these messages, and I am grateful to the hundreds of people who shared their views.

I also sought and considered advice from across the University community—including students, staff and faculty, as well as key stakeholders, including members of the Indigenous and alumni communities—on how to address the matter of the Redmen name.

I considered the final report of the Working Group on Principles of Commemoration and Renaming, and gave its principles and recommendations close consideration. I also consulted the Working Group’s co-chairs, Deans Anja Geitmann and Robert Leckey, specifically about the process for reaching a decision about the Redmen name. Their report recommends that an arm’s length committee consider matters of commemoration or renaming. In the case of the Redmen name, however, the co-chairs advised me not to establish such a committee, in light of the high degree of community participation in discussions organized by the Working Group and the Task Force on Indigenous Studies and Indigenous Education, as well as other opportunities for expressing views and opinions.

The University’s principles and values— academic freedom, integrity, responsibility, equity and inclusiveness—are steadfast. They define who we are as a community. They must therefore ground my decision about whether to change the Redmen name.

The name of our men’s varsity teams has generated extensive debate in our community. Throughout, I have reminded myself of the wise advice of Principal emeritus Bernard Shapiro, who, in a recent talk on free speech, emphasized that the importance of debate is “not to win, but to learn.”

Over the recent months, I have learned about the true depths of the pride that our student-athletes and alumni feel for the rich tradition and history of varsity sports at McGill. They feel a rightful sense of achievement. They are proud, too, of the loyalty, resilience, leadership, teamwork and friendships that mark their time in varsity sports. Many of them feel a strong attachment to their team name. Our student-athletes and alumni are proud, with good reason, of achieving athletic success alongside academic success.

At the same time, I have learned about the true depths of the pain caused by the Redmen name. I have heard from Indigenous students at McGill who feel alienated by the name. They feel disrespected and unconsidered. They feel conflicted over their rightful pride in being Indigenous people, and their pride in being McGill students. This tension is even stronger for Indigenous student-athletes.

All these feelings come from lived experiences. These feelings are strong, valid and real.

Neither language, nor perceptions of language, are fixed; they change as the world changes. McGill did not adopt the Redmen name as a reference to North American Indigenous peoples. However, the name has been associated with Indigenous peoples at different points in our history. Today, “Redmen” is widely acknowledged as an offensive term for Indigenous peoples, as evidenced by major English dictionaries. While this derogatory meaning of the word does not reflect the beliefs of generations of McGill athletes who have proudly competed wearing the University’s colours, we cannot ignore this contemporary understanding. Intention, however benign, does not negate prejudicial effect. Inclusion and respect are at the core of our University’s principles and values; pejoratives run contrary to who we are as a community.

For these reasons, the Redmen name is not one that our community would choose today, and it is not one that McGill should carry forward into our third century.

Effective today, McGill University’s men’s varsity teams will cease to be called the Redmen. I have asked Prof. Fabrice Labeau, Interim Deputy Provost (Student Life & Learning), to establish a steering committee to lead a consultative process for choosing a new name that everyone can wear, and cheer for, with pride. The committee will engage our varsity athletes, and the broader McGill community. Details about this process will be communicated in the months ahead. It will take time for our community to decide upon a new team name that honours our long history of athletic achievement, but we will get there. For the 2019-2020 athletic season, the men’s varsity teams will be known as the McGill teams. The University will announce a new name in time for the 2020-2021 season.

Just as the world changes, the McGill community grows and evolves. Evolution does not mean erasing history. McGill is, and will continue to be, proud of its history and tradition of athletic achievements and excellence. That history lives on, and the tradition will continue to thrive. Together, guided by our shared commitment to equity, inclusiveness and respect, we will determine our way forward.

Sincerely,

Suzanne Fortier

Principal and Vice-Chancellor

———–
Décision concernant le nom Redmen

Chers membres de la communauté mcgilloise,

En janvier dernier, je m’étais engagée à statuer sur le maintien ou non de l’appellation Redmen d’ici la fin de la présente année universitaire. Je vous fais part aujourd’hui de ma décision sur cette question.

Au cours des derniers mois, j’ai eu l’occasion de prendre connaissance des différents points de vue formulés par les membres de notre communauté et d’approfondir la réflexion à ce sujet. J’ai entendu les opinions sincères et éclairées d’étudiants, de membres du personnel et du corps enseignant, et de diplômés, y compris des athlètes actuels, d’anciens athlètes et des membres des communautés autochtones. De nombreuses personnes m’ont fait parvenir leurs messages directement, alors que d’autres se sont adressées par écrit à des représentants de la haute direction de l’Université ou se sont exprimées notamment au moyen de lettres ouvertes, de votes et de pétitions. J’ai pris le temps de lire tous les messages, et je suis très reconnaissante aux centaines de McGillois et autres qui ont fait entendre leur voix.

En vue d’éclairer ma décision concernant l’appellation Redmen, j’ai également sollicité et pris en considération les conseils de membres de la communauté mcgilloise – notamment des étudiants et des membres du personnel et du corps enseignant – et ceux des principales parties prenantes, dont des membres des communautés autochtones et des diplômés.

J’ai étudié le rapport final du Groupe de travail sur les principes régissant la commémoration et les changements de nom, en accordant une attention soutenue aux principes et recommandations énoncés. De plus, j’ai consulté les coprésidents du Groupe de travail, les doyens Anja Geitmann et Robert Leckey, nommément au sujet du processus décisionnel relatif à l’appellation Redmen. Dans leur rapport, ils recommandent que les dossiers de commémoration et de changements de nom soient examinés par un comité indépendant. Dans le cas du nom Redmen, toutefois, les coprésidents m’ont conseillé de ne pas mettre sur pied un tel comité, compte tenu du degré élevé de participation de la communauté aux discussions organisées par leur groupe de travail et par celui du vice-principal exécutif sur les études et l’éducation autochtones, et des autres occasions offertes à la collectivité de se faire entendre sur cette question.

La liberté académique, l’intégrité, la responsabilité, l’équité et l’inclusion constituent les valeurs et les principes fondamentaux de notre institution. Ils nous définissent à titre de McGillois. C’est pourquoi ma décision sur le maintien ou le changement de l’appellation Redmen doit en être le reflet. La question du changement de nom de nos équipes sportives masculines a engendré un profond débat au sein de notre communauté. Dans ce contexte, je me suis rappelé les sages paroles du principal émérite Bernard Shapiro, qui, lors d’une récente conférence sur la liberté d’expression, faisait valoir que, dans un débat, « l’important n’est pas de gagner, mais d’apprendre ».

Ces derniers mois, j’ai pris conscience de l’immense fierté que ressentent nos étudiants-athlètes et nos diplômés face à la riche histoire et à la longue tradition de nos équipes sportives universitaires. Ces McGillois ont retiré une grande satisfaction de leur passage au sein de leur équipe sportive, où ils ont cultivé des valeurs telles la loyauté, la résilience, le leadership, le travail d’équipe et l’amitié. Bon nombre d’entre eux ressentent un profond attachement à l’égard du nom de l’équipe. Nos étudiants-athlètes et diplômés sont, à juste titre, fiers d’avoir su exceller aussi bien dans leurs études que dans leur sport.

D’autre part, j’ai également pu mesurer toute la douleur causée par le nom Redmen. Des étudiants autochtones de McGill m’ont confié que ce nom leur procurait un sentiment d’exclusion. Ils se sentent méprisés et laissés pour compte. Ils vivent un conflit intérieur entre leur fierté légitime d’appartenir à un peuple autochtone et celle d’être des étudiants mcgillois. Et cette tension est encore plus forte chez les étudiants-athlètes autochtones.

Ces sentiments émanent d’expériences vécues. Ces sentiments sont forts, valables et bien réels.

Aucune langue, ni d’ailleurs son interprétation, n’est figée dans le temps. La langue évolue au même rythme que le monde. Certes, McGill n’a pas adopté l’appellation Redmen en référence aux peuples autochtones d’Amérique du Nord, mais, à différents moments de notre histoire, ce nom a déjà été associé aux peuples autochtones. De nos jours, « Redmen » est largement reconnu comme un terme offensant pour désigner les peuples autochtones, comme en font foi les principaux dictionnaires de langue anglaise. Bien que la connotation péjorative de ce nom ne reflète aucunement la conception des nombreuses générations d’athlètes qui ont fièrement défendu les couleurs de l’Université McGill, nous ne pouvons faire fi du sens qui lui est attribué aujourd’hui. Les intentions, si louables soient-elles, ne compensent pas les effets préjudiciables causés par l’appellation Redmen. L’inclusion et le respect sont au cœur des valeurs et des principes de l’Université, alors que les épithètes péjoratives, elles, sont contraires à l’identité même de notre communauté.

Pour ces raisons, il est clair que « Redmen » n’est pas le nom que nous choisirions aujourd’hui, ni celui que devrait conserver McGill à l’aube de son troisième siècle d’existence.

Je vous annonce donc qu’à compter d’aujourd’hui, les équipes sportives universitaires masculines de McGill ne porteront plus le nom Redmen. À cet effet, j’ai demandé au Pr Fabrice Labeau, premier vice-principal exécutif adjoint par intérim, Études et vie étudiante, de mettre sur pied un comité directeur chargé de mener, auprès de nos athlètes universitaires et de l’ensemble de la communauté mcgilloise, un processus consultatif visant le choix d’un nouveau nom que tous pourront porter – et célébrer – avec fierté. De plus amples renseignements au sujet de cette consultation vous seront communiqués dans les mois à venir. Notre communauté aura besoin de temps pour choisir un nouveau nom qui saura rendre hommage à la riche histoire sportive de McGill, mais nous y parviendrons. Dans l’intervalle, pour la saison 2019-2020, nos équipes sportives masculines porteront le nom McGill. L’Université annoncera la nouvelle appellation de ses équipes masculines à temps pour le début de la saison 2020-2021.

Tout comme le monde change, la communauté mcgilloise grandit et évolue, mais sans pour autant effacer le passé. Notre communauté est fière de sa longue tradition d’excellence sportive, et elle le sera toujours. Cette histoire est bien vivante, et de nouveaux chapitres glorieux s’écriront encore au fil des années à venir. Ensemble, guidés par notre engagement commun à favoriser l’égalité, l’inclusion et le respect, nous continuerons de tracer notre chemin.

Cordialement,

Suzanne Fortier

Principale et vice-chancelière

NT5

Send To Friend Email Print Story

Comments are closed.

NationTalk Partners & Sponsors Learn More